esbigner


esbigner

esbigner (s') [ ɛsbiɲe ] v. pron. <conjug. : 1>
• 1789 ; « voler » 1754; arg. it. sbignare « s'enfuir de la vigne »
Fam. et vieilli Se sauver. décamper.

⇒ESBIGNER, verbe trans.
Arg., pop. ou dial.
A.— Emploi trans. Dérober, voler, faire disparaître (quelque chose). Esbigner le chopin dans sa culbute, cacher l'objet volé dans sa culotte (RABAN, MARCO SAINT-HILAIRE, Mém. forcat, t. 4, 1828-29, p. 314). Philippine m'a déjà esbigné ma pièce et combien donc que vous m'en avez effarouché ed'mes pièces, sous couleur de me vêtir, de me nourrir? (BALZAC, Paysans, 1844, p. 63). Puisque vous êtes dans l'Ambroisienne, ne pourriez-vous pas m'esbigner une mèche de beaux cheveux blonds de Madonne Lucrezia qu'elle envoyait au Bembo? (MÉRIMÉE, Lettres Duchesse de Castiglione, 1870, p. 89).
B.— Emploi pronom. réfl. S'esquiver, s'en aller, s'enfuir, partir sans se faire remarquer. Synon. décamper, filer en douce. Je casse une canne, autrement dit je m'esbigne, ou, comme on dit à la cour, je file (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 296). Y m'semble l'voir encore [le duc] l'soir qu'y s'a esbigné comme ça à l'anglaise (GYP, Mme la Duchesse, 1893, p. 114). Il faut que je m'esbigne en souplesse de cette cabine, de cette carcasse (AUDIBERTI, Quoat, 1946, 2e tabl., p. 55).
Rem. La docum. atteste esbigné, ée, en emploi adj., corresp. à l'emploi pronom. Et la mère? demanda le saltimbanque avec tout l'intérêt d'un amant épris, inquiet sur le sort de l'objet aimé. — Esbignée! répondit Rocambole (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 1, 1859, p. 624).
Prononc. :[], (je m')esbigne []. Étymol. et Hist. 1. 1754 trans. « voler » (P. BOUDIN, Madame Engueule, p. 45); 2. ca 1810 s'esbigner « s'enfuir en hâte » (DÉSAUGIERS, Parodie de la Vestale, acte II, couplet 7 ds SAIN. Lang. par., p. 512). Empr. au fourbesque [arg. ital.] sbignare « courir » (dep. 1619, Il Nuovo modo di intendere la lingua zerga d'apr. DAUZAT Ling. fr., p. 272; cf. 1640, OUDIN, Recherches ital. et fr.), altération de l'ital. svignare « fuir en se cachant » (dep. XVIe s. d'apr. DEI), lui-même prob. dér. de vigna (vigne), au sens de « s'enfuir de la vigne comme un maraudeur »; le passage de v à b fait cependant difficulté : v. explications contradictoires données ds FEW t. 14, p. 477 et par ROHLFS t. 1, § 191. Fréq. abs. littér. :12. Bbg DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 272. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 237. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 317, 455, 512.

esbigner [ɛsbiɲe] v.
ÉTYM. 1794; argot ital. sbignare « s'enfuir de la vigne ».
1 V. tr. Argot anc. Voler, dérober.
1 Philippine m'a déjà esbigné ma pièce; et combien donc que vous m'en avez effarouché ed' mes pièces, sous couleur de me vêtir, de me nourrir ? (…)
Balzac, les Paysans, I, IV.
2 V. pron. (1799, in D. D. L.). Argot fam. Se sauver. Décamper, échapper (s'), enfuir (s').
2 Le capitaine a été tué le premier jour, le lieutenant blessé. Et notre commandant de compagnie maintenant, c'est un sous-lieutenant, un ancien juteux, un chien de quartier qui s'est esbigné dès la retraite de Charleroi et depuis s'est planqué dans l'instruction de la classe 14.
Drieu la Rochelle, la Comédie de Charleroi, p. 215.
Spécialt. Se soustraire à (un devoir, une corvée).
3 (…) Ernest, lui, s'était esbigné en douce, à son ordinaire.
Roger Ikor, les Fils d'Avrom, Les eaux mêlées, p. 554.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • esbigner\ s' — esbigner (s ) [ ɛsbiɲe ] v. pron. <conjug. : 1> • 1789 ; « voler » 1754; arg. it. sbignare « s enfuir de la vigne » ♦ Fam. et vieilli Se sauver. ⇒ décamper …   Encyclopédie Universelle

  • esbigner (s') — v.pr. S enfuir …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • esbigner (s') — S enfuir, s en aller …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot

  • s'esbigner — esbigner (s ) ou exbigner (s ) (entrée créée par le supplément) (è sbi gné ou èks bi gné) v. réfl. Terme populaire que Génin reproche à l Académie de n avoir pas mis dans son Dictionnaire. S échapper. •   L amant s esbigne en disant....,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • s'esbigner — ● s esbigner verbe pronominal (argot italien sbignare, courir) Populaire et vieux. S enfuir …   Encyclopédie Universelle

  • s'exbigner — esbigner (s ) ou exbigner (s ) (entrée créée par le supplément) (è sbi gné ou èks bi gné) v. réfl. Terme populaire que Génin reproche à l Académie de n avoir pas mis dans son Dictionnaire. S échapper. •   L amant s esbigne en disant....,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • enfuir — (s ) [ ɑ̃fɥir ] v. pron. <conjug. : 17> • 1080; pour s en fuir, de 1. en et fuir 1 ♦ S éloigner en fuyant, ou en hâte. ⇒ décamper, déguerpir, déloger, détaler, s échapper, filer, fuir, se sauver; fam. se barrer, se carapater, se casser, se… …   Encyclopédie Universelle

  • vaillantise — ⇒VAILLANTISE, subst. fém. A. Vx. Prouesse, acte de bravoure. Pourquoi le siècle de Louis XV descendit il si bas dans l estime des contemporains? Pourquoi donna t il naissance à ces systèmes de philosophie exagérée, lesquels ont perdu la royauté?… …   Encyclopédie Universelle

  • arpion — [ arpjɔ̃ ] n. m. • harpions 1827; arpions « mains » 1821; provenç. arpioun « griffe » ♦ Pop. Pied. Avoir mal aux arpions. ● arpion nom masculin (de l ancien provençal arpa, griffe) Argot. Orteil, pied. ⇒ARPION, subst. masc. Arg., le plus souvent… …   Encyclopédie Universelle

  • enfuir\ s' — enfuir (s ) [ ɑ̃fɥir ] v. pron. <conjug. : 17> • 1080; pour s en fuir, de 1. en et fuir 1 ♦ S éloigner en fuyant, ou en hâte. ⇒ décamper, déguerpir, déloger, détaler, s échapper, filer, fuir, se sauver; fam. se barrer, se carapater, se… …   Encyclopédie Universelle